Najwa et Abir

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce sont les jours de la Tunisie révoltée pour un meilleur monde, quand les graffitis des protestants sur les murs, les cendres des bâtiments calcinés ou le sang sur l’asphalte sont toujours frais. Abir et Najwa, deux soeurs de Kasserine – d’où la révolution commença- vont se marier avec deux frères d’une petite ville voisine et ennemie pour diverses raisons.

La cérémonie de mariage dure une semaine :

La fête du henné, qui commence l’après-midi. La femme du henné vient chez les mariées et dessine avec le henné sur leur pieds et leurs mains. Durant son travail les autres femmes jouent de la musique, chantent et dansent.

La fête du hamam : les femmes accompagnent les mariées aux hamam, portent leurs affaires, les lavent, ainsi qu’elles-mêmes.

La fête de quartier : un soir tous les voisins viennent voir les mariées qui sont installées dans la rue, devant leur maison. Les voisins sont invités à diner chez les parent des filles, fêter et partager leur joie.

La soirée des valises : la mère et les sœurs des maris amènent des valises de cadeaux pour les mariées. On ouvre les valises et l’on montre devant tous le contenu un par un : henné, herbes, habits, bijoux et même les sous-vêtements.

Salon de beauté : les jeunes filles proches des mariées les accompagnent pour l’épilation, coiffure…

Loutaya: la fête que les parents des mariées font pour leur famille. Les filles sont habillées avec des vêtement aux couleurs de la joie, rouge, rose, jaune…

Le mariage a lieu chez les parents des mariés. Les mariées et leurs invités passent une heure en route pour cette fête.

Pendant cette semaine Kasserine s’occupe de la révolution autant que du mariage. Nous entendons les musiques des révolutionnaires prendre dans la main la cérémonie. Les frères et cousins partent aux manifestations le matin et retournent aux fêtes le soir. Comme si ces deux frères et soeurs soufflent un nouvel air d’espoir et de joie à leur ville, leur tribu et leur famille.

Abir , comme leur nom l’indique,le « parfum » et la « murmure » de l’espoir.

Je suis Abir et Najwa pendant 10 jours jusqu’à leur départ en lune de miel, ces jours aux sentiments contradictoires, joie et tristesse, peur et courage, inquiétude et espoir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s